Déclic!

Déclic! est un programme visant à prévenir l’exploitation sexuelle des jeunes de Montréal comportant 4 ateliers de 75 minutes et un de 120 minutes. Il est dispensé depuis le mois d’octobre 2014 aux jeunes de secondaires 2 et 3 de l’école Lucien-Pagé par la sexologue Jessica Landry. Des outils didactiques ont été élaborés afin de rendre les ateliers motivants, dynamiques et ludiques.

Pour que le phénomène de l’exploitation sexuelle puisse se résorber, il est primordial, en premier lieu, de le comprendre et de savoir pourquoi il gagne du terrain (1). En ce qui concerne les jeunes, il est important d’aborder le sujet de l’exploitation sexuelle, car les victimes demeurent plus souvent qu’autrement liées par le secret (2). Cela s’explique, entre autres, par le manque de connaissances nécessaires pour dénoncer; par un sentiment d’impuissance; une dépendance quelconque; la peur ou encore par des émotions contradictoires qui amènent les victimes à se sentir responsables (3). Ces facteurs font en sorte que l’exploitation sexuelle est très peu dénoncée et expliquent qu’à Montréal, plus de 420 lieux connus sont liés à l’industrie du sexe (4). Cela entraîne donc une banalisation du phénomène ainsi que d’une industrie qui demeure toujours prospère à Montréal, mais également à travers l’ensemble du Québec (5).

 

Références:

(1) Agustín, L. M. (2005). New Research Directions: the Cultural Study of Commercial Sex. Sexualities, 8(5), 618-631.

(2) Ministère de la justice du Canada. (s.d.). Violence ou exploitation sexuelle des enfants et des adolescents : Fiche d’information du ministère de la justice du Canada. En ligne. Québec : Ministère de la justice du Canada, 21 p. http://www.securitepublique.gouv.qc.ca/fileadmin/Documents/police/prevention/information_jeunes/sex_abu.pdf Consulté le 3 juin 2014

(3) Ibid.

(4) Szczepanik, G., C. Ismé et É. Grisé. (2014). Portrait de l’industrie du sexe au Québec : rapport sommaire. Montréal. Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle, 11 pages.

(5) Ibid.